samedi 21 juillet 2007

Hitorique de la Méhari

Cette voiture surprenante est présentée en mai 1968. Autant dire que sa venue au monde dans une période aussi confuse ne passe pas au premier plan ! Pourtant, c’est la première voiture de série à recevoir une carrosserie en plastique dotée de beaux coloris.

Rouge Hopi (1969-1975)

Vert Tibesti (1976-1979)

Vert Montana (1969-1987)

Orange Kirghiz (1968-1987)

Beige Kalahari (1969-1977)

Beige Hoggar (1978-1987)

Jaune Atacama (1980-1987)

(Azur) Bleu/blanc (1983-1987)

Son moteur est celui de la Dyane mais sa carrosserie ressemble en gros à celle d’une Jeep. La composition du plastique dans laquelle est faite la Méhari est le copolymère d’acrylonitrile butadiène styrène (ABS) thermoformé. Elle n’est offerte qu’en version à 4 places, facilement transformable en fourgonnette de 400 kg de charge utile.

En 1969, la puissance du moteur est portée de 28 à 33 ch. Un an plus tard, la calandre est redessinée et une version deux places est commercialisée.

Les années suivantes verront la puissance du moteur ramenée à 26 ch. Partout dans le monde, Citroën fabrique des véhicules qui se rapprochent de la Méhari, mais qui ne sont pas commercialisés en France : la Baby-brousse (Côte d’Ivoire, Argentine, Iran), qui devient la Dalat au Vietnam, et plus tard la FAF (facile à fabriquer, facile à financer), une voiture à carrosserie en tôle très simple, réservée aux pays en voie de développement, mais qui n’a pas eu le succès qu’elle méritait.

Pour l’année-modèle 1978, la Méhari se voit dotée de freins à disques à l’avant en série et la calandre est modernisée. Dernier changement mécanique en 1979, le moteur voit sa puissance portée à 29 ch.







À la fin de 1980, la Méhari 4 x 4 est commercialisée en version deux places. Très légère, elle possède des qualités tout-terrain remarquables, mais son prix trop élevé va freiner sa diffusion. La Méhari Azur 4 x 2, une version spéciale limitée, lancée en 1982, est également proposée en version deux places. Elle est blanche à capote bleue. Les 700 exemplaires s’enlèveront comme des petits pains en un temps record. Du coup, Citroën l’ajoute à sa gamme afin d’en faire profiter un plus grand nombre d’acheteurs.








En 1983, la Méhari 4 x 4 s’arrête et l’une d’elles, qui a fait l’assistance médicale du Paris-Dakar, entre au musée Citroën.

Les Méhari à deux roues motrices resteront encore au catalogue jusqu’en 1987, date à laquelle la 2 CV de l’usine portugaise de Mangualde la remplacera sur ses chaînes. La production totale de Méhari sera de 144 953 voitures.

Production Méhari :

4 x 2

(143 740 unités)

4x 4

(1 213 unités)

1968 : 837

1969 : 12 624

1970 : 11 246

1971 : 10 175

1972 : 11 742

1973 : 12 567

1974 : 13 910

1975 : 8 920

1976 : 9 569

1977 : 9 645

1978 : 8 467

1979 : 8 814

1980 : 7 648

1981 : 4 736

1982 : 3 905

1983 : 3 349

1984 : 2 654

1985 : 1 882

1986 : 669

1987 : 381

1979 : 181

1980 : 703

1981 : 97

1982 : 232


Informations extraites de : http://elwooood.free.fr/Utile/voir/mehari/

1 commentaire:

Jacques a dit…

Bonjour ;
J'ai lu , puis entendu qu'en 1986 une série de 125 (ou 150) seulement Méhari Azur seulement est sortie en deux places, de couleur C25 (proche à Hoggar) alors que les Azur courantes 4 places étaient blanches et bleues.
Ceci m'a bien ét confirmé lors de concentration de deuche.
En conséquence ces modèles peu courants doivent impérativement être repeints dans cette teinte pour lui conserver toute sa valeu marchande. J'e ai une que je ne tiens pas à vcendre , mais dont on m'a déjà proposé plus de dix mille euros, elle a 47000 kms Faut dire qu'elle est impec.
Meharicalement